Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

L’église Saint-Vincent d’Epargnes

13/11/2020

L’église Saint-Vincent d’Epargnes

L’église Saint-Vincent d’Epargnes ne manque pas de caractère en dépit des nombreux remaniements qui ont affecté l’édifice au cours des siècles. Les restes de l’église du XIe siècle sont encore visibles lorsque l’on rentre dans l’édifice (à droite dans l’épaisseur du mur) mais des fouilles menées en 1952 ont révélé un bâtiment plus ancien remontant à l’époque mérovingienne (l’abside semi-circulaire de cette première église est visualisée au sol, derrière l’autel, par une série de pierres blanches). Lors de ces mêmes travaux menés sous la direction de l’abbé Kieffer furent retrouvées une litre funéraire du XVIIe siècle mais également des traces de peinture murale sur le mur nord (Jésus et ses apôtres?) et une croix de consécration peinte. 

 

De puissantes bases de colonne attestent que l’église du XIIe siècle était voûtée en berceau quand des faisceaux de trois colonnes rappellent les traces de la construction, au XIIIe siècle, d’une voûte à croisées d’ogives. Les quatre énormes bases, visibles dans la nef, sont celles qui supportaient l’ancien clocher roman détruit lors des guerres de religion. La nef aboutit sur un chevet plat reconstruit en 1453 comme en témoigne l’écusson placé sur l’arc doubleau du cœur, qui représente le blason de France et la couronne royale, symbole du rattachement de la Saintonge à celle-ci. Au XVIIe siècle, un clocher fut réédifier de façon inhabituelle sur un contrefort mais cela après que l’église fut rendue à la communauté catholique. En effet, lors des guerres de religions, Epargnes ayant gagné le camp de la Réforme, l’église abrita de nombreuses années le culte protestant.

La dédicace de l’église d’Epargnes à Saint Vincent, le martyr espagnol qui mourut à Valencia en 304 et patron des vignerons, correspondait bien à une fondation de l’église à l’époque des Mérovingiens. En effet le culte de saint Vincent fut introduit en Gaule à la suite d’une expédition que menèrent en 542 les rois francs  Childebert, roi de Paris, et Clotaire, roi de Soissons, contre les Wisigoths d’Espagne,  et qui ramenèrent dans ces circonstances les précieuses reliques de la ville de Saragosse où était inhumé le saint diacre Vincent. Ce fut très probablement à partir de reliques secondaires tirées du précieux dépôt de 542 que fut dédié le premier lieu de culte chrétien d’Epargnes non loin de la voie romaine que reliait Saintes à son port (Novoregum/Barzan).