Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

La demande de Jean

13/12/2021

La demande de Jean

Il faut entendre l’anxiété qui perce dans la demande de Jean le Baptiste : « es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

 Jean est incarcéré depuis plusieurs semaines dans une forteresse dominant la Mer Morte et il ne sait plus… Au gué du Jourdain, il pensait bien avoir reconnu l’Envoyé de l’Éternel en cet homme venu de Nazareth. Il l’avait même désigné à ses propres disciples : « Voici l’Agneau de Dieu ! » Depuis Jean ne cessait d’attendre ce moment où Jésus déclencherait les déluges de feu qui viendraient purifier la Terre Sainte de l’Alliance, y engloutissant tant les pécheurs que les païens, violences cathartiques qui préluderaient à l’instauration du Règne du Trois-Fois Saint.

 

Mais rien ne s’est passé comme Jean l’imaginait, et lui, le prophète du désert a été arrêté. Il sait maintenant que ses jours sont comptés. Ses disciples lui ont rapporté que le jeune rabbi allait de villages en villages, frayant avec toutes sortes de gens dont certains n’étaient guère recommandables, n’hésitant pas à partager le repas des publicains et des pécheurs. Se serait-il trompé ? « Es-tu Celui qui doit venir… » Accueillant les émissaires de Jean, Jésus leur donne simplement à voir comment s’accomplissent par ses mains et sa voix les signes que les grands prophètes d’autrefois avaient esquissés pour authentifier l’Envoyé. Que Jean se rassure, Jésus est bien Celui qui doit venir même si sa manifestation excède, et de beaucoup, l’idée trop partielle que s’en était faite Jean au gré de son attente et des images de son temps.

 

Et nous-mêmes, ne sommes-nous pas un peu comme Jean lorsque nous décrétons que Dieu ou son Fils ont plutôt intérêt à être à l’image que nous nous en faisons ? Et de taper du pied ou de menacer l’Éternel d’une crise de foi s’Il ne s’aligne pas sur la représentation que nous nous faisons de Lui à l’aide de nos souvenirs de caté ou de la lecture peut-être un peu rapide d’un passage de la Bible ou d’une discussion passionnante avec des amis. Dieu tellement plus grand et, en même temps, tellement fidèle à ce qu’il a déjà annoncé par ses prophètes. Mais pour le suivre, il faut renoncer à nos petites certitudes pour nous plonger dans la profondeur de sa Parole, de toute sa Parole. Oser l’aventure qui nous tirera de nos petits marigots spirituels. Vous vous rappelez quand Jésus nous disait alors que nos cœurs était troublés par son enseignement : « Mais au commencement il n’en était pas ainsi… ». Le suivre jusqu’à l’éblouissement des commencements. Tendre la voile de nos vies au souffle de la Parole incréée et sans cesse jaillissante.  Heureux, oui, vraiment heureux celui qui ne tombera pas à cause de Lui : il lui sera accordé l’ivresse des hautes cimes que nul ne peut enclore.

 

P. Pascal-Grégoire