Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Parmi ceux qui sont nés d'une femme

07/12/2021

Parmi ceux qui sont nés d'une femme

En ces commencements, notre chemin d’Avent est accompagné par la haute figure de Jean le Baptiste, celui dont Jésus aujourd’hui nous rappelle le statut unique et paradoxal dans l’histoire de l’Alliance : « Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. » 

Non seulement Jean est le plus grand des prophètes, plus grand que Moïse qui donna la Loi à Israël, plus grand que David qui célébra l’Éternel avec les psaumes, mais il est l’humain le plus accordé à la volonté de Dieu de tous ceux qui sont nés d’une femme. 

 

Et en même temps, de façon déroutante, Jésus le décrit comme plus petit que le plus petit dans le Royaume des Cieux. Entendons bien. Jésus ne dit pas que Jean est en dehors du Royaume, mais que le plus petit dans le Royaume a reçu quelque chose que Jean n’a pas eu le temps, chronologiquement,  matériellement, d’accueillir ayant eu à souffrir auparavant de la violence des hommes. Ce don est très probablement celui de la proclamation de la Bonne Nouvelle que Jean n’a pu entendre, ayant été capturé et enfermé dans la forteresse de Machéronte avant même que Jésus ne commence à annoncer l’Évangile en Galilée.

 

A la manière d’Élie, Jean le Baptiste annonçait la proximité de l’intervention divine qui se déploierait de façon violente et brutale. Rappelez-vous…  « Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu… Celui qui vient derrière moi tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. » (Mt 3, 10-12). Les signes que Jésus posera pour signifier l’irruption du Royaume de Dieu, seront guérison des corps et des âmes et communion pour tous, en commençant par les pécheurs et les publicains ! Stupeur de Jean le Baptise qui doit incessamment revoir ses idées sur Dieu. Et nous-mêmes, comment nous laissons-nous rejoindre, surprendre et convertir par la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ ?

 

P. Pascal-Grégoire