Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Comme un coeur qui bat

03/12/2021

Comme un coeur qui bat

Il y a un mouvement profond, original, originel, de flux et de reflux qui accompagne l’Evangile d’aujourd’hui. Il y a d’une part ces foules immenses qui ne cessent de s’agglutiner autour de Jésus où qu’il aille. Des hommes et des femmes en quête d’un mieux dans leurs corps ou dans leurs âmes : ce que Jésus va leur apporter par les guérisons et la délivrance des esprits mauvais… 

A son contact, ces masses grouillantes et désespérantes se redécouvrent le troupeau sacré des « humbles de Yahvé »  tel que l’avaient promis les prophètes d’autrefois et les psaumes séculaires…  « Ainsi parle le Seigneur Dieu : Quel malheur pour les bergers d’Israël qui sont bergers pour eux-mêmes ! N’est-ce pas pour les brebis qu’ils sont bergers ? Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. » (Ez 34).

 

Mais cela ne suffit pas à Jésus. Alors même que beaucoup viennent à lui, le Maître appelle douze de ses disciples pour les envoyer au loin, vers les brebis perdues d’Israël pour poursuivre, prolonger, élargir cette puissance de salut manifestée par le Prince de la Paix. Les mêmes gestes du Maître accomplis maintenant par les disciples dispersés aux quatre vents manifesteront aussi sûrement la proximité du Royaumes des Cieux. Dans un même mouvement, le Christ attire à lui tous les humbles de la terre et envoie ses disciples pour réfracter sans fin son amour, comme un lent et puissant mouvement de flux et de reflux, comme un cœur qui bat, comme le cœur de Dieu… 

 

Et nous-mêmes, le secret de nos vies n’aurait-il pas à voir avec cette respiration originelle de gratitude et d’émerveillement, de confiance redonnée et d’audace à exister ?  Venir près de Lui, y trouver toute notre joie et notre paix. Se lever ensuite sans bruit pour les proposer, les partager, les propager… car sans cela, nos vies cesseraient d’être. « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » comme le souffle  originel de la première aspiration, battement amoureux d’un cœur qui appelle et aspire à l’ultime communion.

 

P. Pascal-Grégoire