Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Le doigt de Dieu

21/03/2021

Le doigt de Dieu

Mon Dieu, que cela faisait du bien de se sentir du bon côté et d’avoir à faire respecter l’ordre. Bien sûr, de temps en temps, il fallait marquer le coup. Pour marquer les esprits et bien marquer les limites à ne pas franchir. Cette femme, cela ne leur faisait pas particulièrement plaisir d’avoir à la lapider mais quelle tranquillité retrouvée pour les familles, quelle autorité réaffirmée pour les maris avec des épouses indociles ! Et après tout, c’était bien de sa faute à elle. Eux, ils appliquaient la Loi. Son julot, les voisins lui avait dit que ce serait bien qu’il aille se mettre au vert sur la côte, à Césarée. Il aurait bien le temps de rentrer quand l’affaire serait oubliée et tout rentrerait dans l’ordre.

Mon Dieu, que cela faisait du bien de se sentir du bon côté et d’avoir à faire respecter l’ordre. Bien sûr, de temps en temps, il fallait marquer le coup. Pour marquer les esprits et bien marquer les limites à ne pas franchir. Cette femme, cela ne leur faisait pas particulièrement plaisir d’avoir à la lapider mais quelle tranquillité retrouvée pour les familles, quelle autorité réaffirmée pour les maris avec des épouses indociles ! Et après tout, c’était bien de sa faute à elle. Eux, ils appliquaient la Loi. Son julot, les voisins lui avait dit que ce serait bien qu’il aille se mettre au vert sur la côte, à Césarée. Il aurait bien le temps de rentrer quand l’affaire serait oubliée et tout rentrerait dans l’ordre.

 

C’est une grande chose que d’avoir à gérer la paix des villages et des ménages. Le prophète de Nazareth est justement à Jérusalem ces jours-ci. Il serait peut-être grand  temps qu’il se rende utile à La loi au lieu de parler d’oiseaux du ciel, de semeur ou de maitre de vignes qui dépensent m’importe comment leur argent... Si Napoléon avait dit qu’un curé valait bien dix gendarmes, alors un prophète… Et de trainer derrière eux la femme comme une bique rétive au bout de sa chaîne.

 

« Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Le Maître ne dit rien. Il se penche, et de son doigt, il trace des traits dans la poussière, dans l’humus, dans l’humain. Par deux fois. On disait en Israël, que l’Eternel, Béni-sois son Nom, avait gravé les Tables de la Loi sur des plaques de rocher. A la jonction des deux Tables, cet appel à la vérité et à la vie : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »

 

Ainsi s’accomplissaient les prophéties antiques. « Je transformerai vos cœurs de pierre en cœur de chair et j’y graverai ma loi d’amour.»  Ecœurés, ils s’en vont les uns après les autres, en commençant par les plus anciens. Jésus s’est relevé, visage à hauteur de visage. Pas d’admonestation, d’explication, de justification ou de mise sous condition : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » Recréation totalement gracieuse et gratuite dans le pardon divin.

 

P. Pascal-Grégoire