Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Jésus se serait-il trompé ?

16/03/2021

Jésus se serait-il trompé ?

Au fur et à mesure que nous écoutons l’Évangile de ce jour, un doute s’instille en nous : Jésus se serait-il trompé ? Aurait-il fait bénéficier d’un miracle quelqu’un qui n’en était vraiment pas digne ? Voyez combien ce gars n’est pas franc du collier. Jésus lui demande s’il veut être guéri. La question est simple. Et pourtant l’homme n’y répond pas et se retranche derrière des explications plus ou moins fumeuses. Si j’en suis là, ce n’est pas de ma faute. Personne ne pense à moi. Personne ne m’aime. On peut légitimement se demander s’il veut être guéri. 

Et pourtant Jésus manifeste sa miséricorde à cet homme un brin pitoyable. Le voilà se mettant debout et sortant des bains en sortant son grabat. C’était un jour de shabbat. Des gens bien intentionnés et bien religieux ne manquent pas de l’arrêter en lui rappelant la Loi mosaïque. Notre homme ne se démonte pas. Quoi ? Mais lui, il n’y est pour rien. C’est de la faute de celui qui la guérit. Qui ? L’homme n’a même pas cherché à connaître le nom de son bienfaiteur… Mais notre récit ne s’arrête pas là. Jésus recroise l’homme dans un des parvis du Temple et l’appelle à être plus  conséquent avec le don qui lui a été fait. L’homme n’hésite pas une seconde… et file le dénoncer aux « Juifs », c’est-à-dire aux autorités du Temple dans l’Évangile de Jean. Et ces derniers redoublent d’hostilité envers Jésus.

 

Le Maître n’aurait-il pas été mieux inspiré en guérissant un autre paralysé ce jour-là ? Ou alors… Jésus nous invite à assumer notre monde tel qu’il est et non tel que nous aimerions le voir ? Dans ce monde bien ordinaire, Jésus ne recourt pas à de supers pouvoirs : il se renseigne sur l’état de cet homme n’étant ni omniscient, ni Mme Soleil… Il a été touché simplement par la décrépitude de cet homme. Plus étonnant encore, le lieu où Jésus déambule avec ses disciples est un endroit pas très net (même si on s’y lave) aux yeux de la Loi car on y perpétue des pratiques pas très catholiques comme le culte de l’ange qui vient faire bouillonner l’eau « miraculeuse », cet ange que les païens venaient aussi vénérer sous le nom de Pan. Un lieu bien commun. Autant imaginer Jésus déambulant dans les galeries marchandes du Leclerc. Et oui !

 

Par cet Évangile, Jésus nous ramène là où nous vivons, et non là où nous nous plaisons à imaginer que nous pourrions vivre, être de bons disciples, de meilleurs frères… Et si cet homme, c’était moi incapable de saisir la main qui m’est tendue maintenant pour que je marche enfin, toujours en train de me justifier ou de me défausser ? L’Évangéliste note que l’homme a 38 ans. 37 + 1 : l’année qui suit la pleine manifestation de l’Amour divin. Comment accueillons-nous maintenant ce don total de la Miséricorde divine qui nous a été fait ?    

 

P. Pascal-Grégoire