Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Prendre le temps de lire et de méditer la Parole de Dieu

Une écoute créatrice

12/03/2021

Une écoute créatrice

L’homme s’est avancé pour poser une question fondamentale quant à sa propre trajectoire de croyant : « Quel est le premier de tous les commandements » Et nous avons entendu Jésus prendre le temps de lui répondre par le primat du double commandement, l’amour conjoint de l’Éternel et du prochain. Selon la tradition rabbinique mais aussi comme excellent exercice de communication, le scribe reformule ce qu’il a entendu et c’est là que nous sommes confondus.

L’homme s’est avancé pour poser une question fondamentale quant à sa propre trajectoire de croyant : « Quel est le premier de tous les commandements » Et nous avons entendu Jésus prendre le temps de lui répondre par le primat du double commandement, l’amour conjoint de l’Éternel et du prochain. Selon la tradition rabbinique mais aussi comme excellent exercice de communication, le scribe reformule ce qu’il a entendu et c’est là que nous sommes confondus.

 

Certes, c’est très bien que cet homme ait compris ce que Jésus lui avait dit mais enfin, de là à susciter une telle réaction d’admiration chez Jésus, c’est peut-être un peu beaucoup. Nous ne pouvons que nous féliciter que cet homme ait la comprenette qui fonctionne bien et qu’il soit rapide du ciboulot, mais s’il n’y a qu’à répéter les paroles du Maître pour faire naître son émerveillement, cela parait un peu court. Cela me rappelle ce professeur d’université qui ne mettait la moyenne qu’aux étudiants qui lui ressortaient son cours mot à mot. Inutile de vous dire que ce professeur n’a pas laissé un grand nom dans le domaine de la recherche scientifique, ni dans l’estime de ces étudiants…

 

Mais n’aurions-nous pas écouté d’une oreille trop pressée la réponse du scribe ? Jésus, lui, prend le temps d’accueillir réellement, profondément ce que nous disons. Seule la brièveté de la relation de cette rencontre par l’évangéliste pourrait excuser la superficialité de notre lecture. Non seulement, l’homme a pris soin de reformuler avec ses mots à lui les paroles de vie que le Christ lui a proposées, et cela a dû lui prendre du temps, de l’attention, du discernement - il sait bien que ce qui est redit avec nos mots appartient alors de façon assurée à notre propre histoire -, mais il a osé déployer la parole que Jésus lui a donnée comme un nouvel horizon d’espérance. Il a fait jaillir du neuf de la Parole christique.

 

Son écoute attentive l’a entraîné dans la dynamique même du Royaume. Alors il se lance : « …et aimer son prochain comme soi-même vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Cela, les prophètes l’avaient déjà proclamé, mais uniquement pour l’amour de Dieu. A la suite du Christ, ce scribe ose « hisser » le commandement de l’amour fraternel dans la sphère de l’amour divin. Là se dévoile la proximité du Royaume, là où le visage du frère ne fait qu’un avec le visage du Fils. « Tu n’es pas loin du Royaume de Dieu » et cette proximité nous laisse tout interdits. Le Seigneur passe. 

 

P. Pascal-Grégoire