Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Chemin de Carême : Un peuple de croyants, pas un fan-club

06/03/2021

Chemin de Carême : Un peuple de croyants, pas un fan-club

La fin de l’Evangile de ce jour est assez abrupt : « Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme. » Nous voilà prévenus dès le début de l’Evangile de Jean qui nous raconte cette première montée de Jésus vers la Ville Sainte, cette venue n’avait pas pour but de recruter des supporters ou des adeptes. Pourtant ce nettoyage du parvis du Temple avait été spectaculaire et avait suscité stupeur chez certains ou interrogations jubilatoires chez d’autres. Un certain Nicodème, un notable, ne tarderait pas à prendre contact avec lui…

Toutefois par ses paroles, Jésus en rappelant la vocation première du Temple, non seulement s’inscrit dans la lignée critique des prophètes (rappelons-nous des mises-en-garde de Jérémie contre un usage pervers du Temple), vient nous ouvrir un nouvel espace, inédit et inouï, de relations possibles avec l’Éternel, celui d’une confiance illimitée dont il est la Présence même parmi nous. Qu’est-ce qu’un sanctuaire ?  C’est un espace reconnu – et donc accessible – qui nous donne accès à Dieu. Le Christ est ce Chemin, cette Voie, la Porte qui nous est ouverte sur la tendresse du Père.

 

Quelle confiance faisons-nous réellement à Dieu et au Christ ? Ce n’est pas anecdotique que Jésus s’en prenne d’emblée aux marchands du Temple et aux changeurs dès le  début de son ministère public selon Jean. Dieu ou Mammon. Les gens qui ont toujours l’argent à la bouche, qu’ils disent qu’ils n’en ont pas assez ou même (plus rarement) qu’ils en ont amassé à satiété, se dépensant comme de beaux diables pour amasser trois francs six sous sont d’abord des gens qui manifestent qu’ils n’ont pas la foi. Comme si l’argent thésaurisé pouvait assurer la réussite de leurs projets et de leurs vies, pouvait seule leur donner d’exister. Et la foi en Dieu dans tout ça ?

 

Et même une institution aussi vénérable que le Temple peut aussi être l’objet de cette perversion. On savait bien qu’Hérode avait entrepris ce chantier colossal quarante-six ans plus tôt pour acheter la loyauté des Juifs comme on se dit qu’on peut négocier avec Dieu pour peu qu’on y mette le prix. Non ! Nous n’avons accès à Dieu que par le mystère d’un Corps relevé en trois jours. Un Corps dans lequel l’Esprit nous a incorporés par le don de la foi et de la confiance, non pas l’achat d’une licence. Dans l’expérience brute de la foi, il n’y rien à acheter, à troquer, à s’assurer. Juste à consentir et à s’émerveiller d’être aimés à ce point.

 

P. Pascal-Grégoire