Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

Chemin de Carême : Et la Lumière s'est faite chair

28/02/2021

Chemin de Carême : Et la Lumière s'est faite chair

Ils ont gravi en silence ce petit sentier escarpé entre myrtes et genêts qui griffent au passage leurs tuniques. Le Maître marche en tête, se pressant vers le sommet de la haute colline solitaire, comme poussé par un impérieux rendez-vous… On n’entend que les cigales et, de loin en loin, le cri d’un oiseau. Ils pressentent bien qu’il va se passer quelque chose. Pourquoi eux trois parmi les douze ? Pourquoi nous ce matin ?

 

Alors que la chaude lumière de cette fin de matinée s’empare de la colline, le Maître semble ne plus faire qu’un avec elle. Comme un soleil irradiant déposé entre les deux mains ouvertes de la terre. Les regards qui ne parviennent pas à se poser sur son vêtement vibrant du mystère originel de la vie. Et le Verbe s’est fait lumière. Et le Verbe nous entraîne dans sa lumière. Un Dieu qui vient embraser sa création.

 

Au zénith de la rencontre entre le Créateur et sa création. Buisson ardent du Sinaï et Souffle imperceptible de l’Horeb. Moïse et Elie se tiennent à Ses côtés. La Loi et les Prophètes. Toute l’histoire de la Révélation converge vers le visage de cet homme. « Celui-ci est mon Fils bien aimé. Ecoutez-le ! » Fais silence, Pierre, laisse la Parole t’éclairer et t’illuminer… Fais silence, prête l’oreille à l’entretien de ton Maître avec Moïse et Elie…  L’Evangile de Luc nous a conservé les brides de la rumeur entendue, où il est question d’un exode qui doit s’accomplir à Jérusalem… Déjà la nué se retire. Et ils ne sont plus que tous les quatre dans la lumière crue et impitoyable du midi.

 

En descendant, Jésus invite ses disciples à garder cette expérience de lumière dans le secret de leur mémoire jusqu’à ce jour où elle pourra éclater et donner sens à leur propre marche… Lorsque le Fils de l’Homme aura été ressuscité d’entre les morts. A chacun d’entre nous, d’une manière ou d’une autre, comme à la dérobée, comme une trouée dans une sombre forêt, sur le visage d’un enfant, dans le regard d’un ancien, il a été donné d’être saisis par cette Lumière thaborique… Comment laissons-nous alors ce rai de lumière nous embraser avec l’étoupe de la Parole entendue ? Comme les disciples descendant de la montagne, nous continuerons à nous demander ce que cela signifie « ressusciter d’entre les morts ». Mais non en doctes maîtres en théologie, mais comme ces deux-là au soir de Pâques dont les cœurs s’étaient mis à brûler alors qu’Il leur parlait en chemin.

 

P. Pascal-Grégoire