Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, jouer le jeu de Dieu

10/12/2020

En paroisse, jouer le jeu de Dieu

Ne serions-nous que des gamins inconséquents ? Bien sûr que Jésus n’a rien contre les enfants qui ne sont pas capables de jouer ensemble, ou par bouderie, ou par plaisir de faire râler les autres. C’est l’histoire pluri-centenaire des cours de récréations et des places de villages, et cela n’inquiète en rien le Christ. 

Ce qui l’inquiète, c’est lorsque des adultes agissent avec la même légèreté, la même versatile pour s’affranchir de toute prise de position ou de réponse à donner à l’initiative divine qu’elle soit manifestée par Jean le Baptise ou le Maître de Nazareth.
Cela ne sera jamais comme nous le voudrions, comme nous, nous l’imaginons. Et nous de récuser avec toute la meilleurs mauvaise foi du monde l’inouï de Dieu car il ne correspondrait pas à ce que l’on prétend avoir appris au catéchisme. Appel à nos mémoires trop sélectives, réponses trop stéréotypées pour se dédouaner d’avoir à répondre à la Présence qui vient. Il nous est facile d’imaginer un instant toutes les très bonnes raisons que les gens de Bethléem ont invoquées, le cœur certes un peu serré, pour laisser à la rue ce couple d’étrangers alors que la jeune femme est sur le point d’accoucher.
Dieu serait-il un étrange plaisantin qui aurait le mauvais goût de nous proposer d’autres règles du jeu pour cette vie que nous entendons très souvent gouverner seuls et à notre profit ?
Certes nous ne pouvons pas tout, mais ne pourrions-nous pas demander à Sainte Thérèse de Lisieux de nous faire profiter de son esprit d’enfance, elle qui choisit « tout » avec Dieu. On ne sait pas où cela nous mènera, mais il y a de forte chance que cela nous mène vers plus de joie et de fraternité.
 
Cette prière de Françoise nous invite à redemander l’esprit d’enfance :
 
Bousculée, je ne sais plus où j’en suis.
C’est douloureux.
Il faut faire un travail lent,
Il faut sans cesse recommencer avec patience et ténacité,
Laisser mûri,
Rendre grâce et laisser agir.
 
Me débarrasser de tout jugement, moral ou religieux,
Ça ne m’appartient plus,
Tout est au Seigneur,
Lui seul sait.
 
Avec le Seigneur, j’avance à tâtons,
Comme un gosse qui fait ses premiers pas et a tout à découvrir.