Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, se porter

06/12/2020

En paroisse, se porter

Ils ont dû avoir l’impression que le ciel leur tombait sur la tête ce jour-là. Ils s’étaient massés nombreux dans la maison de Pierre le pêcheur à Capharnaüm (nous pouvons le déduire du contexte et en consultant les passages parallèles en Matthieu et Marc), venus des villages de Galilée. Il y avait même là des docteurs de la Loi descendus de Jérusalem pour examiner l’orthodoxie du maître de Nazareth. La demeure familiale de Pierre était devenue le lieu de la prédication du Royaume mais elle se révélait bien trop petite pour accueillir tous ceux et toutes celles qui cherchaient à bénéficier de cette force nouvelle manifestée en Jésus, source de bienfaits humains et spirituels.

Parmi eux, il y a ce groupe d’amis ou de parents qui ont porté jusqu’à Capharnaüm un proche paralytique pour que lui aussi puisse être guéri par le Maître de Nazareth. 
Ne pouvant entrer, vous savez ce qu’ils ont imaginé faire. 
La tête des gens quand le plafond a commencé à se défaire. « Mon toit ! » devait penser Pierre. « Peuvent pas attendre leur tour comme tout le monde ! » ronchonnaient d’autres. Jésus, lui, admire la foi de ce groupe d’amis ou de proches. Toutefois, de façon très étonnante, il ne fait pas de miracle mais pardonne à l’infirme tous ses péchés.
Arrêt sur image. Personne ne comprend trop ce qui se passe, un ange passe... Pierre voit son toit béant. Les amis du paralysé ne sont pas loin de dire qu’ils se sont bien donné du mal pour un résultat bien aléatoire. Les docteurs de la Loi se mettent à bouillir intérieurement et passent à écarlates : il ne revient qu’à Dieu seul de pardonner les péchés des hommes. Et l’homme paralysé ? On ne sait pas trop mais lui sait peut-être très bien ce qui ne pèse que trop sur sa mémoire et son cœur, ce qui l’a jeté à terre, le privant à jamais de l’usage de ses jambes, l’empêchant d’aller vers son propre avenir.
Présence même de la Miséricorde divine, Jésus lui accorde et le pardon de ses péchés et la possibilité d’un avenir avec les siens : « retourne dans ta maison », l’un et l’autre étant les deux faces d’une même Bonne Nouvelle.
Peut-être prendre aujourd’hui le temps de mesurer personnellement ce qui m’empêche d’avancer, d’aller vers mon propre avenir. Comment m’est-il possible de le présenter dans la grâce dynamisante du pardon divin ?
Et cette ouverture extraordinaire : rendre grâce pour mes amis et mes proches qui discrètement me portent sur le brancard de leurs prières et de leur affection. Il n’est nul plafond de verre qui puisse tenir devant tant d’empressements fraternels  qui font ainsi l’admiration de la Miséricorde divine.
 
Jean-Lou nous invite à nous faire proches sur cette route d’Avent pour nous tenir debout ensemble dans la Lumière de Noël :
 
Donne-nous Seigneur de porter des fruits de conversion en choisissant de faire ta volonté.
Fait-nous vivre de ta Parole et de ton Esprit pour avancer à la suite du Christ.
Viens combler nos faiblesses et nos doutes pour aimer et servir nos frères.
Apprends-nous à rejeter tout ce qui nous sépare des autres, en construisant des chemins d’amitié.