Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, partager le pain

01/12/2020

En paroisse, partager le pain

En ce tout début d’Avent, il nous est donné de contempler Jésus au milieu des siens, au milieu de notre humanité si souvent blessée,  paralysée par son égoïsme, aveuglée par son orgueil, sourde à l’appel de ses frères. Non seulement le Christ ne repousse pas ces humanités abîmées, mais il les attire tous à lui. Sa présence miséricordieuse  aimantant ces hommes et ces femmes en quête d’un peu plus de vie, d’un peu plus de santé, d’un peu plus de dignité. Le Fils de l’homme ne bat pas la campagne, ne monte pas de campagne promotionnelle. Ayant gravi la montagne, il  se contente de s'asseoir. 

Alors tous ceux qui, du plus profond de leur être aspirent à être aimés, à être réconfortés, se laissent conduire jusqu’à Lui aussi sûrement que les saumons sont attirés vers la source des hautes rivières qui les a vu naître. Guéris, ils sont tout aussi sûrement capables de nommer l’origine de leur salut en rendant gloire au Dieu d’Israël. Leur action de grâce est le signe même qu’ils ont communié – ne serait-ce que l’espace d’un instant – au salut dévoilé en Jésus-Christ tant il est vrai comme aimait à le dire Irénée de Lyon : « La Gloire de Dieu, c’est l’homme vivant et la vie de l’homme, c’est de rendre gloire à Dieu. »
Mais le Christ ne peut se résoudre à ce que cette rencontre incandescente entre son cœur tout-aimant et nos histoires tourmentées ne dure qu’un instant ou quelques jours. Aussi invite-t-il ses disciples à  distribuer largement le signe de sa Présence offerte et réconfortante par le pain partagé, lui qui est né précisément à Bethléem, la « Maison du Pain. »   
Comment aujourd’hui vais-je offrir ou partager quelque chose du désir de Dieu, aussi savoureux et réconfortant que le pain partagé, signe de cette eucharistie en laquelle toute chose et tout être trouvera son accomplissement et sa joie.
 
Notre « autre »  Françoise nous invite à présenter à Dieu notre désir de Sa Présence dans le Pain partagé et la Parole méditée :
 
La COVID-19 nous prive de l’Eucharistie, nous avons faim de ton Pain.
En communion avec les chrétiens persécutés qui vivent leur foi dans la clandestinité, avec les chrétiens du bout du monde qui n’ont la visite d’un prêtre que rarement dans une année, Seigneur je t’offre ma faim ;
 Je te prie ô Père, dans le secret, tu es là.
 
Les moyens techniques de notre temps permettent d’être en lien : la messe télévisée, la retraite en paroisse…
et du temps libéré pour me nourrir du Pain de ta Parole.
 
Merci Seigneur !