Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, rester éveillés

28/11/2020

En paroisse, rester éveillés

Voilà qu’en ce tout début du temps de l’Avent, Jésus nous invite à rester éveiller. Et il insiste : « Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! » Alors même que ce temps de l’Avent va nous conduire d’une façon neuve et inédite à la Nativité, soyons comme des tout-petits dans la nuit de Noël, ne pouvant se résoudre à dormir, le cœur en alerte, les oreilles sur le qui-vive : va-t-il passer ? Qui va passer ?

Et cette attente fébrile illumine leurs esprits et leur apprend un des grands mystères de l’humain : la vie est un cadeau qui se reçoit, ni un programme génétique, ni un appétit vorace et insatiable qu’il faudrait combler par une course au pouvoir ou à l’argent.
Et Jésus nous invite à veiller durant toute la nuit, « le soir à minuit ou à minuit, au chant du coq ou au matin », en reprenant curieusement les quatre moments dont les Romains se servaient pour partager la nuit. Quand le maitre de la maison reviendra-t-il ? Mais précisément  durant tous ces moments : le soir où il va partager le pain pour ses proches, à minuit quand les cœurs désespèrent et qu’il nait à Bethléem, au chant du coq quand Pierre le trahit et au petit matin quand il apparaît aux femmes venues au tombeau…
 Même si la fée électricité nous a fait oublier ce que la nuit épaisse pouvait avoir de terrifiant, notre expérience la plus quotidienne nous rappelle combien il est d’autres ténèbres qui rendent difficile notre marche, occasionnant blessures et désespérance. C’est bien dans ces nuits du monde et des consciences que le Christ nous invite à veiller. Il n’est pas possible de nous mettre en route vers Noël si nous ne pouvons nous redire de quelle quête de lumière, de quelle attente ou de quelle espérance nos cœurs sont lourds… Il ne nous est pas possible de nous mettre en route  vers Noël si nous ne communions pas aux attentes et aux espérances de nos frères et de nos sœurs, si nous n’acceptons pas de marcher avec eux dans les nuits du monde… C’est là que nous sommes appelés à être des « photophores », des porteurs de lumière pour « le peuple qui marchait dans les ténèbres » (Isaïe).
 
Ce demi-déconfinement nous a finalement encouragé à poursuivre encore quelques jours ce compagnonnage dans la prière, peut-être pour atteindre les quarante jours chers à la tradition spirituelles des Jésuites. C’est Marine qui nous propose pour ce premier jour de l’Avent la prière écrite par le P. Javier Leoz, curé de la paroisse San Lorenzo, Pampelune (Navarre en Espagne) : 
 
Bien sûr que si !
Plus silencieux et plus profond,
Plus semblable au premier dans lequel Jésus est né, dans la solitude. Sans beaucoup de lumières sur terre,
mais avec celle de l’étoile de Bethléem,
illuminant des chemins de vie dans son immensité.
Sans- parades royales colossales
mais avec l’humilité de nous sentir
des bergers et des jeunes à la recherche de la Vérité.
Sans grandes messes et avec des absences amères,
mais avec la présence d’un Dieu qui emplira tout
IL N’Y AURA PAS DE NOËL ?
Bien sûr que si !
Sans les rues débordantes,
mais avec un cœur ardent
pour celui qui doit venir
sans bruits ni festivals,
ni réclamations ni bousculades ...
Mais en vivant le mystère sans peur
aux « Hérodes-covid » qui prétendent
nous enlever même le rêve d’espérer.
Noël aura lieu parce que DIEU est de notre côté
et qu’il partage, comme le Christ l’a fait dans une crèche,
notre pauvreté, nos épreuves, nos pleurs, nos angoisses et notre orphelinat. Noël aura lieu parce que nous avons besoin
d’une lumière divine au milieu de tant d’obscurité.
Jamais la Covid19 ne pourra atteindre le cœur ou l’âme
de ceux qui mettent dans le ciel leur espérance et leur haut idéal.
NOËL AURA LIEU !
NOUS CHANTERONS DES CHANTS DE NOËL!
DIEU VA NAÎTRE ET NOUS APPORTER LA LIBERTÉ !