Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, lancer les filets

27/11/2020

En paroisse, lancer les filets

Se tenir debout, vivant, ou se laisser aller, jusqu’à tituber, s’effondrer et s’enfoncer dans nos vomissements et nos compromissions avec ce qu’il y a de moins noble autour de nous et en nous. Voilà comment Jésus aujourd’hui présente crûment les enjeux de la foi en ce dernier jour de l’année liturgique.

Si Jésus recourt aux métaphores de l’alcoolisme (beuveries, ivresse…), c’est qu’il sait bien ce qu’il peut y avoir d’addictif dans nos vies humaines, cette difficulté chronique à faire face, à assumer (prendre sa croix), à nous contenter de petits soulagements parcellaires qui nous entraînent vers toujours plus de déstructurations, de délitements de notre être au lieu de nous ouvrir à la vie et la relation. 
L’extraordinaire Bonne Nouvelle de l’Evangile, c’est que cela n’a rien de fatal et d’inéluctable, ni pour nous, ni pour toute humanité. Il est possible de rester debout et vivant en restant éveillés et en demandant un cœur priant.
Et les images s’enchaînent, s’interpénètrent, nous ouvrent à des horizons insoupçonnés… L’image du filet est celle du jugement divin qui touchera « les habitants de la terre entière ». Mais c’est aussi une image qui dit l’œuvre salvifique de Dieu. Rappelez-vous ce que Jésus disait aux disciples au bord du lac : « Venez à ma suite et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. » 
L’alternative qui se présente à nous est en définitive celle-ci : choisir d’être « à la ramasse », tout juste bon à être ramassés par les filets de la Justice divine, ou bien être du côté de ceux qui se tiennent  debout auprès du Seigneur, souvent malhabiles, mais ne renonçant pas à hisser à coup de services concrets, de petites attentions quotidiennes,  d’entraides et de fraternité les filets où se débattent  nos humanités, les hisser jusqu’au cœur de Notre Père.
 
Pour accompagner cette invitation à lancer et à relancer sans cesse et sans découragement nos filets à la manière du Christ, Pascaline nous propose de faire nôtre la prière scoute :
 
Seigneur Jésus, apprenez nous
à être généreux,
à Vous servir comme Vous le méritez,
à donner sans compter,
à combattre sans souci des blessures,
à travailler sans chercher le repos,
à nous dépenser sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que nous faisons votre sainte volonté