Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, être hôte

16/11/2020

En paroisse, être hôte

Nous restons aujourd’hui à Jéricho. Un homme file vers la porte de Jérusalem et, tant bien que mal, parvient à se hisser dans les branches d’un sycomore. Lui aussi veut voir le messie de Nazareth. Un vrai parcours du combattant pour parvenir à ses fins : voir de ses yeux et se faire son idée à soi. Avoir une opinion qu’il renfermera dans une des petites cassettes de sa mémoire comme il repartit son or dans des comptes bien compartimentés et bien identifiés. 


Mais que c’est compliqué de toujours tout maîtriser, mesurer, tenir à distance… Non pas tant à cause de sa petite taille mais surtout à cause de l’hostilité de la foule que régulièrement il soumet à l’impôt avec la menace planante de la matraque romaine.
Le voilà, il approche, il est là… Mais voilà qu’il lève les yeux… Il le regarde. Celui qui cherchait à voir sans se faire voir voit tous les regards se braquer vers lui. Zachée se prépare à la honte de sa vie quand s’élève la voix de Jésus : « Zachée, descend vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »  
La parole de Jésus l’extirpe de sa confusion, de l’étroitesse de sa vie, des rapports tourmentés avec les siens. 
Pas un mot de reproche. Pas de parole moralisante ou sentencieuse. Pas de sermon ou de discours pieux.
Juste une interpellation  fraternelle – Jésus l’appelle par son nom ! – et cette foi que Jésus place en lui : Jésus croit que Zachée est capable de l’accueillir dans sa propre maison.
Juste un regard confiant et une parole fraternelle. 
Tout redevient simple et possible pour Zachée. Lui aussi peut vivre comme un frère, un frère attentif aux pauvres qui maintenant existent à ses yeux, aux moins-pauvres qu’il a pu humilier et gruger dans l’autre vie… Le regard du Christ vient de le faire naître à une fraternité qui ne connaît plus de frontière.
Evangéliser commence là : être contemplé par Dieu lui-même et oser à sa suite tant ce regard confiant sur les autres que la parole hospitalière qui redonne accès à notre maison commune, la demeure du Père. 
 
Sébastien nous invite à poursuivre cette expérience de l’hospitalité divine dont nos églises sont comme le sacrement :
 
Tu es entré dans cette Maison où Dieu habite.
Qui que tu sois, Il t’accueille, avec tes joies et tes peines, tes réussites et tes échecs, tes espoirs et tes déceptions.
Sois le bienvenu !
Des générations avant toi ont aimé ce lieu, ont contribué à le construire, à le rendre beau, y ont prié.
Respecte-le et fais silence.
Si tu es croyant, prie !
Si tu cherches, réfléchis !
Si tu doutes, demande la lumière !
Si tu souffres, demande la force !
Si tu es dans la joie, rends grâce !
Et que tu puisses y demeurer !
Dans cette maison, tu pourras aussi rencontrer des frères et avec eux, faire monter vers Dieu ta prière.
Que ce passage en ce lieu réchauffe ton cœur et réjouisse tes yeux.
Qui que tu sois, Il t’accueille.
Accueille-le aussi !