Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, savoir entendre

15/11/2020

En paroisse, savoir entendre

Il s’en passe des choses à Jéricho : un percepteur qui grimpe dans un sycomore, une foule qui fait escorte à un rabbi venu de Galilée, un blessé confié à un aubergiste par un Samaritain… C’est vrai que Jéricho est une plaque tournante entre l’austère et pieuse Judée, la riante Galilée, les riches cités de la Décapole et, plus loin encore, la fascinante Pétra et Palmyre l’oasis des caravanes lointaines… Ça n’arrête pas de bouger, de grouiller, de courir dans tous les sens… Enfin pas pour tout le monde, pas pour celui qui est aveugle et qui ne peut que rester seul, oublié, sur le bord de la route. 


Et voilà que cet aveugle ose faire du bruit, il ose attirer l’attention sur lui ! Et cette foule toute contente d’avoir Jésus rien que pour elle, sa présence bien réelle ici, à domicile pour combler leurs états d’âme spirituels, leurs désirs d’en être (« mais oui, Monsieur, j’y étais ! »), d’être déficitaires d’une parole ou peut-être même d’un miracle qui leur fera chaud au cœur, cette foule n’a pas du tout envie que ce mendiant vienne gâcher le spectacle.
Jésus se rend compte qu’il se passe quelque chose et il n’apprécie pas du tout, mais alors pas du tout l’attitude de la foule. Tout se fige. Il est hors de question que les pauvres soient exclus de l’offre du Royaume même pour de pieuses raisons. Il demande à la foule qu’elle lui amène l’aveugle et alors que la foule voulait le faire taire, lui, Jésus, lui donne la parole, lui donne d’être quelqu’un, d’exister : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Pas de paternalisme, pas d’épate, pas de spectacle… Un dialogue, une prise au sérieux de l’autre…
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? »
Que vais-je répondre à cette question ?
Qu’est-ce que j’attends vraiment de mon Seigneur ?
 
Le Seigneur reprend sa marche vers Jérusalem. L’homme guéri, marchant derrière lui, est devenu disciple. Et la foule, versatile et capricieuse ? Par l’écoute de la parole de Jésus et ce souci - nouveau pour elle - du frère fragilisé, miracle incroyable, voilà que la foule est devenue ce peuple qui rend grâce à Dieu. 
 
Marie-Claude nous invite à ouvrir les yeux et à prier pour tous ceux et celles qui se retrouvent aujourd’hui fragilisés par l’épreuve sanitaire :  
 
Dans notre quotidien actuel, ce ne sont ni les aveugles, ni les lépreux, ni les boiteux qui sont au bord de la route en implorant Jésus. Mais ils sont tout aussi nombreux à demander son aide.
En ce temps de confinement et de contraintes sanitaires, ce sont tous ceux dont les commerces restent fermés, qui ne peuvent plus travailler et donc plus gagner leur vie.
Et nous, catholiques pratiquants qui ne pouvons plus partager l'Eucharistie en communauté, durant la messe dominicale!
N'oublions pas les médecins, aides-soignants et infirmiers(ères) qui se dévouent pour les malades au prix de leur propre santé. 
En 2020, il y a toujours autant de gens qui implorent au bord du chemin!
 
Mon Seigneur et Mon Dieu, entends nos cris de détresse et viens en aide à ton peuple en désarroi. Amen!