Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, reconnaître

12/11/2020

En paroisse, reconnaître

L’Evangile de ce jour est assez énigmatique. Alors que Jésus s’approche de Jérusalem, il prépare ses disciples à l’avènement des jours de Fils de l’homme. Ils ne s’y trompent pas. Jésus parle bien de quelque chose qui le concerne, ayant l’habitude de parler de lui de façon voilée à travers cette figure étrange du Fils de l’homme qui apparaît dans le Livre de Daniel, un être céleste  ayant comme une apparence humaine mais venant de l’Etre même de Dieu. Une façon pour Jésus de désigner son propre mystère, issu du Père éternel et du fiat d’une jeune femme de Galilée, fils du Ciel et de la Terre.

Et ces jours du Fils de l’homme seront semblables à ceux de Noé et de Lot. Même soudaineté, même surprise, même violence qui précèdent le dévoilement du projet de Dieu et qui, dans un cas comme dans l’autre, triomphe de l’ubiquité et l’omniprésence du mal et de la perversité. Même urgence aussi à avoir à se décider en faveur de la vie. Même invitation pressante à saisir la main que Dieu tend à celui qui se tient sur sa terrasse ou à celle qui est en train de moudre  le grain pour confectionner le pain du lendemain.
Mais ce qui est encore plus étonnant, c’est la question des disciples perplexes et inquiets. La question attendue aurait dû être « quand donc Seigneur ? », mais eux demandent « Où donc Seigneur ? », peut-être dans l’espoir de minimiser la violence et l’impact destructeur des jours annoncés en les délimitant à quelques régions sacrifiées…
La réponse de Jésus tombe, nette et irrécusable : « Là où sera le corps, là aussi se rassembleront les vautours. »
Le jour du Fils de l’homme sera celui du charnier, là où le corps agonisera sur le bois des suppliciés, là se manifestera d’une façon irrécusable et absolue la Justice divine qui s’y fera Miséricorde.
 
L’une de nos deux Françoise nous propose d’accueillir ce Jour-là dans la confiance et l’espace du jour prochain :
 
De quoi demain sera-t-il fait ?
Que sera demain pour moi ?
Que sera demain pour ceux que j’aime?
Que sera demain pour le monde qui a mal ?
Que sera demain pour les artisans de paix qui œuvrent dans le silence ?
Demain ne m’appartient pas, il sera fait de ce que je recevrai de Toi, ô Seigneur.
Demain sera selon Ta Sainte Volonté.
Donne-moi d’accueillir les joies et les peines ;
Que je te rende gloire pour le soleil et pour la pluie, pour les feuilles mortes à ramasser et pour le géranium encore en fleurs, pour l’amitié et pour l’amour.
De quoi demain sera-t-il fait, je ne sais.
 Mais ce que je sais, c’est que demain sera beau, puisque Tu m’aimes.