Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

En paroisse

Pendant le deuxiène confinement, un soutien dans la prière

En paroisse, revenir sur ses pas

10/11/2020

En paroisse, revenir sur ses pas

En cette journée où nous faisons mémoire avec nos concitoyens de l’armistice de la Grande Guerre, nous voyons Jésus dans l’Evangile se déplaçait comme entre deux lignes de front, dans « une région située entre la Samarie et la Galilée », une région où on se regarde avec suspicion, plus propice à éliminer l’autre qu’à le laisser passer. Jésus y croise une bande de miséreux unis par quelque chose de plus fort que la nationalité ou la religion, l’expérience terrible de cette maladie qui vous arrache au monde des vivants et des êtres chers.
Respectueux, les lépreux s’arrêtent à distance et implorent la miséricorde de Jésus qui va répondre à leur prière. N’est-il pas parmi nous la présence d’un Dieu qui veut pleinement la vie de tous ces enfants ?


L’histoire pourrait s’arrêter là, mais un de ces marginalisés, encore plus stigmatisé par sa naissance – un Samaritain -, « revint sur ses pas en glorifiant Dieu à pleine voix ». Et ce retour va faire de lui, pas seulement un guéri, mais un sauvé, c’est-à-dire quelqu’un qui se sait touché personnellement par l’initiative divine, pouvant entrer heureusement dans cette fraternité originelle que le Christ est venu rétablir.
Qu’en m’est-il permis de « revenir sur mes pas » pour faire ainsi l’expérience d’être touché par la miséricorde divine et entrer dans la fraternité réalisée en Jésus-Christ ?
 
Marie-Françoise propose à notre méditation cet extrait de « Fratelli tutti » du pape François pour que nous puissions à notre tour à la manière de Martin Luther King faire le rêve de ce monde fraternel et même de le vivre, malgré la pandémie, malgré ce nouveau confinement, tous unis dans une même volonté de regarder de l’avant : 
 
Je forme le vœu qu’en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité. Tous ensemble : « Voici un très beau secret pour rêver et faire de notre vie une belle aventure. Personne ne peut affronter la vie de manière isolée. [...] Nous avons besoin d’une communauté qui nous soutient, qui nous aide et dans laquelle nous nous aidons mutuellement à regarder de l’avant. Comme c’est important de rêver ensemble ! [...] Seul, on risque d’avoir des mirages par lesquels tu vois ce qu’il n’y a pas; les rêves se construisent ensemble ».
Rêvons en tant qu’une seule et même humanité, comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous, chacun avec la richesse de sa foi ou de ses convictions, chacun avec sa propre voix, tous frères.