Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Carême 2022

Une voix dans la nuit

23/03/2022

Une voix dans la nuit

Il y a dans ce cri du prophète quelque chose de vertigineux, d'abyssal. Comme si Dieu n'en pouvait plus. Comme si Dieu lui-même - chose impossible à croire - en venait à désespérer ! « Voilà bien la  nation qui n'a pas écouté la voix du Seigneur son Dieu, et n'a pas accepté de leçon. La vérité s'est perdue, elle a disparu de leur bouche. »

 Jérémie est le prophète qui va voir la fin du royaume de Juda et la destruction du Temple de Salomon. Comme si toute l'action de Yahvé depuis tant de siècles pouvait être balayée, réduite à rien non par les armées du roi de Babylone, mais bien par l'indocilité et la folie des dirigeants du peuple d'Israël.

 

Pourquoi ces sourires de façade, ces mines solennelles et recueillies lors du culte et des sacrifices alors que les cœurs étaient ailleurs ? Pourquoi ce suivi tatillon et presque obsessionnel des règles de pureté, cet empressement à vouloir délimiter le sacré et le profane si ce n'était pour mieux piller son voisin et afficher sa morgue et sa domination ? Ce n'est pas pour cela que l’Éternel avait fait d'Israël son peuple particulier. Pas pour le faire trébucher sous la coupe réglée des casuistes et des rubricistes... « Ils ont tourné leur dos et non leur visage. » Le projet de Yahvé était tellement plus profond, plus puissant : ouvrir des chemins « afin que vous soyez heureux. » Celui que nous confessons comme le créateur de toute chose, celui qui a suscité Abraham et les Pères n'a d'autre projet que cela, ne tend à autre chose que cela : notre bonheur. Heureux avec Lui, par Lui et en Lui.

 

Bien avant nous, et infiniment mieux que nous, l’Éternel sait qu'on ne peut communier au bonheur ni par la contrainte, la fascination ou l'illusion. Il n'y a que la parole qui puisse nous initier à une alliance stable, profonde, respectueuse, capable d'avenir et de nouveauté. C'est pour porter le cadeau de sa Parole, depuis le temps de l'Exode à celui de Jérémie que l’Éternel a suscité des prophètes qui traceraient des chemins de vie en son Nom : Moïse, Déborah, Samuel, Nathan, Élie, Élisée, Amos, Osée, Isaïe... « Depuis le jour où vos pères sont sortis du pays d’Égypte jusqu'à ce jour, j'ai envoyé vers vous, inlassablement, tous mes serviteurs les prophètes. Mais ils n'ont pas écouté ; ils n'ont pas prêté l'oreille. » Génération après génération, homme après homme, se joue ce même drame adamique dans lequel nous nous refusons d'être aimés de Dieu. Tout plutôt que de recevoir de l'Autre, d'un autre, notre joie !

 

« J'ai envoyé vers vous, inlassablement, tous mes serviteurs... » Il en est du Royaume comme du maître de la vigne contera Jésus bien plus tard : « Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils. » (Mt 21, 34-37). Et nous ne savons que trop le sort qui sera réservé au fils. Quand la parole portée par les prophètes ne parvient pas, ne parvient plus à parvenir jusqu'au cœur de l’homme, alors cette Parole se fait chair au cœur de la nuit, s'exposant au risque de la mort, au risque de l'amour.

 

P. Pascal-Grégoire