Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Carême 2022

Le fils sacrifié

17/03/2022

Le fils sacrifié

La dimension prophétique de la Bible non seulement nous initie par petites touches au projet de Dieu, à son dessin de salut qui est communion et plénitude, mais elle nous révèle aussi sans fard ce qu’il en est de la vérité de l’homme. Nous venons de réentendre ce passage terrible où les fils de Jacob, les héritiers mêmes de la Promesse faite à Abraham en viennent à imaginer le meurtre de leur frère Joseph.

 La réédition du crime de Caïn mais puissance 10 ! Difficile après de nous réclamer d’ancêtres taillés dans un bloc uni de sainteté et de perfection. La Parole de Dieu est sans concession sur ce qui est souvent le ressort le plus puissant, le plus ultime du cœur de l’homme comme ici la jalousie. Mais la Parole de Dieu n’est pas non plus sans interroger l’attitude du père, Jacob, qui, par sa préférence affichée pour Joseph, alimenta sûrement l’agacement croissant de ses autres fils. Tous, ne participons-nous pas à la commune et pécheresse condition humaine ? Bien dangereux pour celui qui l’oublierait.

 

L’histoire racontée par la Bible est celle d’une fraternité appelée ardemment par Dieu mais sans cesse refusée ou fracassée par les humains, de Caïn le fratricide aux rois rivaux Saül et David en passant par les frères ennemis Isaac et Ismaël ou Jacob et Esaü… Jusqu’au jour où viendra le fils qui ne jalousera pas son frère, qui ne cherchera pas à lui ôter, mais bien au contraire qui lui fera don de sa propre vie. Pour l’heure, le père envoie son fils vers ses frères qui font paître les troupeaux du clan près de Sichem là même où l’Éternel avait promis à leur ancêtre la possession de cette terre : « Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, au chêne de Moré… Le Seigneur apparut à Abram et dit : « ‘À ta descendance je donnerai ce pays’ » (Gn 12, 7). La rencontre eut lieu aux portes de la ville, à Dotane, un peu au nord de Sichem.

 

L’apparition du fils bien-aimé  enflamme de haine le cœur de ses frères : « Ceux-ci l’aperçurent de loin et, avant qu’il n’arrive près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. » Qu’il faut peu de temps aux cœurs aigris pour décider de la perte d’un proche ! Fidèle à sa vocation de révélateur, la Parole de Dieu dévoile les ambiguïtés et les dérobades  du cœur humain : unanimisme aveugle des loups qui hurlent en meute, intervention maladroite de Roubène qui tente timidement de sauver son frère, machiavélisme mercantile de Juda qui permettra de façon déroutante au projet divin de s’accomplir... Viendront des jours où c’est le frère éliminé, récusé, annihilé qui accueillera en son palais ses propres frères meurtriers.

 

Viendront des jours où un autre fils sera vendu non pour vingt pièces d’argent mais trente deniers, dépouillé de la même manière de son précieux manteau, rougi à l’instar de celui de Joseph qui avait été imbibé dans le sang d’une bête sacrifiée, le corps lié avec des aromates en son linceul comme le corps entravé de Joseph aux mains des marchands, corps infiniment précieux mais enfoui sans respect dans une même cavité rocheuse et enténébrée…  Viendra un autre fils qui, de la même manière, par le don de sa vie ouvrira à chacun d’entre nous, frères et sœurs parfois peu sûrs, les demeures royales de son Père.

 

P. Pascal-Grégoire