Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Carême 2022

Tel un arbre...

16/03/2022

Tel un arbre...

Maintenant Jérémie fait face à ces hommes qui font cercle autour de lui et le toisent, le regard fermé et indéchiffrable. « Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes. »

 Jérémie sait qu’ils ont demandé sa tête au roi Sédécias. Quand bien même les troupes ennemies se sont déjà mises en route, eux, n’ont d’autres préoccupations que de jouer aux matamores, se laissant emporter par des rêves d’alliances imaginaires, grisés par leurs gesticulations guerrières et leurs stratégies de bout de parchemin. Alors Jérémie prend la parole au nom du Seigneur :

 

« Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair… » Eux, les fils de l’Alliance, eux que le Seigneur a libéré d’Égypte, ils sont allés chercher le soutien de Pharaon et de ses chars. Mais ce dernier ne bougera pas le petit doigt en leur faveur. Il en est même incapable tant politiquement que militairement. Comment les courtisans de Sédécias peuvent-ils être aveugles à ce point et ne pas voir ce qui va arriver. Il leur faudra fuir au désert, chercher à s’y cacher, chercher à y survivre dans une terre salée, inhabitable.

 

« Béni soit celui qui met sa foi dans le Seigneur… Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse vers le courant ses racines… » Jérémie ne promet pas monts et merveilles à celui qui garde la Parole du Seigneur. Il prononce simplement une bénédiction sur celui qui ne se laisse pas emporter et dissoudre par les mirages de l’orgueil et de la violence. Et cette bénédiction est celle-là même que Dieu prononça sur sa création, celle qui appelle à la vie, qui rend possible le grand miracle de la vie quoiqu’il en soit du déferlement des forces de mort et de péché. Dieu sera toujours là comme une source vive pour que l’homme-arbre puisse porter le fruit que le Seigneur espère de lui.

 

 Qu’est-ce que cela peut bien signifier pour moi, pour nous, s’enraciner dans la confiance du Seigneur ? Alors que nous guettent ces tentations d’éparpillement, d’instabilité ou même de fuite en avant devant les pressions du quotidien, le Christ nous invite à goûter à une stabilité puissante, puisée dans les vouloirs du Père, lui, l’Homme-Arbre de vie. Et laisser nos racines secrètes, les attentes les plus vives de notre cœur, atteindre les sources cachées de l’Esprit : « celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jn 4, 14) et encore : « « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! » Comme dit l’Écriture : De son cœur couleront des fleuves d’eau vive » (Jn 7, 37-38). C’est déjà de cette eau-là que nous parle Jérémie, nous invitant aussi à devenir des arbres de vie à l’image du Christ.

 

P. Pascal-Grégoire