Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Carême 2022

Renoncer à un Dieu à notre service

02/03/2022

Renoncer à un Dieu à notre service

C'est Isaïe qui à son tour prend la parole au nom du Seigneur. A vrai dire il s'agit d'un prophète que nous appelons Isaïe mais qui a vécu près de deux siècles après le « premier » prophète Isaïe. Cet homme -  à qui nous devons les chapitres 50 à 48 du livre d'Isaïe -, écrit à la manière d'Isaïe, se réclame de son héritage prophétique et spirituel.

C'est un peu comme son petit-fils spirituel et c'est à bon droit que la tradition d'Israël a rangé ses écrits sous le nom du prophète Isaïe. Il a vécu au Ve siècle avant notre ère à ce moment unique et enthousiasmant où les Hébreux qui avaient été déportés à Babylone, sont autorisés à revenir à Jérusalem et même à reconstruire un nouveau Temple à Yahvé. Et tout le monde s'applique alors à être de bons pratiquants, à observer les moindres détails prévus par la liturgie, à ne pas se tromper sur le nombre de génuflexions ou de prosternations et encore moins sur les jours où il faut jeûner, et jusqu'à quelle heure, et de quels aliments il faut s'abstenir... Et là, catastrophe : malgré toute cette bonne volonté manifeste, Dieu semble s'être mis aux abonnés absents.

 

C'est qu'après avoir été mis en garde contre les idoles hier par Moïse, Isaïe se lève à son tour. Dieu l'a invité à crier à pleine gorge, « fais résonner ta voix comme un cor ». Il y a urgence et Dieu envoie de suite son prophète-SAMU. Il est en train de se passer quelque chose de très grave, aussi grave que le culte des idoles : Israël ose donner des ordres à son Créateur ! Les fils de l’Alliance n'en ont peut-être même pas conscience… « Nous avons fait tout bien les sacrifices. Nos jeûnes sont tout à fait impressionnants. Alors pourquoi Dieu ne fait pas ce que l'on attend de lui ? » Comme si Dieu avait des comptes à nous rendre. Comme si on pouvait faire pression sur Dieu en multipliant les gestes de piété ! Quelle illusion… Isaïe n'hésite pas à sortir les électrochocs ! Car Dieu nous connaît bien et il nous ramène à la raison par son prophète. Il faudrait même dire : II nous ramène vers le plus important, le cœur, le siège de tous nos sentiments. « Le jeûne qui me plait, c'est de faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs... » C'est permettre qu'advienne un peuple de frères, libres et consolés, dignes et aimés. 

 

Bien sûr que nous avons besoin de gestes pour traduire notre adoration et notre reconnaissance envers le Seigneur. Toutefois Isaïe est très clair : si dans le même temps, nous oublions que Dieu nous veut comme un réel peuple de frères, tous nos efforts de piété seront comme de la paille que le vent disperse. Mais si tu prends le temps de  te pencher vers ton frère qui est en situation difficile, « alors ta lumière jaillira comme l’aurore... »

 

P. Pascal-Grégoire