Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Chemin de Carême : Revenir à la source

21/02/2021

Chemin de Carême : Revenir à la source

Hier, nous avions rejoints l’Evangile au moment où Jésus, quittant le Baptiste, se dirigeait vers le désert. Changement radical de décor aujourd’hui où nous retrouvons le Christ et ses disciples à Césarée de Philippe, tout au nord de la terre d’Israël, au-delà des frontières du royaume d’Hérode le Tétrarque, au-delà même de la terre de la Promesse. Dans un paysage de sources et de cèdres, Jésus s’adresse à chacun de ses disciples, à chacun de nous : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »

Hier, le Christ nous initiait à la prédication du Royaume, à la possibilité d’un accueil inédit de la proximité de Dieu à notre monde, à chacune de nos vies. Aujourd’hui, il nous place devant le cœur de son propre mystère : « pour vous qui suis ? ». Comment ne pas être étourdis, dépassés par un tel timing et de rester comme balbutiants à l’instar des disciples… Que répondre ? Comment répondre ?

 

Pourquoi la nécessité d’une telle question au début de notre itinéraire de Carême ? Quel cheminement secret et vivifiant peut relier  le baptême du Christ à la confession de foi à Césarée de Philippe et se déployer jusqu’à nous aujourd’hui ? Hier, Jésus s’était plongé dans les eaux du Jourdain juste avant que fleuve ne se jette dans la Mer Morte. Aujourd’hui, c’est sous les frondaisons des grands arbres qui ombrent les sources jaillissantes du Jourdain que Jésus nous a rassemblés un moment avec Pierre et ses amis. Remonter le Jourdain. C’est à la source qu’il nous faut revenir, là où quelque chose à commencer à battre en nos cœurs, en nos mémoires.

 

Nos vies peuvent bien s’écouler comme des fleuves tantôt capricieux, tantôt paresseux, tantôt précipités de rapides, tantôt alourdis de trop d’alluvions. C’est en leurs sources que se trouve leur vérité. Revenir au jour de l’interpellation sous les grands arbres, le bruit d’une cascade… Quand ai-je pris au sérieux une première fois cette interrogation : « Pour vous qui suis-je ? »  Et notre réponse toujours balbutiante, toujours à venir, mais qui nous fait pressentir qu’un jour les fleuves de nos vies seront appelés à se jeter dans l’océan sans rivage de l’Amour divin.

 

P. Pascal-Grégoire