Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Chemin de Carême : Poussé au désert

21/02/2021

Chemin de Carême : Poussé au désert

« En ce temps-là, Jésus venait d’être baptisé. » A l’orée de sa vie publique, Jésus est descendu dans les eaux du Jourdain pour y être baptisé par Jean le Prophète. Jean l’a reconnu comme l’Envoyé. Il l’a même désigné à ses propres disciples comme « l’agneau de Dieu. » Que voulait dire le Fils du désert ? Voyait-il déjà en lui l’Agneau qui sera sacrifié à la veille de la Pâque en signe d’une nouvelle alliance éternelle ?

Mais déjà l’Esprit pousse l’Agneau de Dieu vers le désert. Le texte grec utilise même un verbe très fort, « exballo ». L’Esprit « expulse » Jésus vers le désert… C’est la même expression qui est utilisée pour désigner le sort du bouc émissaire lors de la célébration de la fête de l’Expiation (Lev. 16, 8) durant laquelle un bouc est chassé vers le désert pour y emporter avec lui l’ensemble des péchés du peuple élu par Dieu… Le désert où l’animal consacré devait  mourir, et avec lui les péchés d’Israël… mais Jésus ne meurt pas au désert.

 

Fils de Dieu et porteur de sa paix, il fait du désert un Eden retrouvé, où nouvel Adam, il est en pleine communion avec toutes les bêtes sauvages. Même les anges signifient le rétablissement du lien entre Dieu et l’homme en venant servir Jésus…

 

De la même manière encore qu’Adam et Eve avaient été expulsés du Paradis pour leur propre sauvegarde, Jésus est chassé au désert pour que le désert puisse refleurir, pour que ce monde puisse re-communier à sa vocation originelle, l’univers comme un sanctuaire de louange et d’émerveillement, comme un temple de communion et de vie. Alors peut commencer le temps des semailles… « Convertissez-vous et croyez en l’Evangile. »

 

Et nous ? Comment nous laisserons-nous pousser vers les déserts de notre temps ? Nous tiendrons-nous, crispés et apeurés, sur les rives de l’ancien monde, ou oserons-nous l’audace de nouvelles semailles à l’invite de l’Agneau de Dieu ?

 

P. Pascal-Grégoire