Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

11 bis place des Halles  - 17120 Cozes

paroissecozes@gmail.com

05 46 90 86 55  

Paroisse Notre Dame de l'Estuaire

Yedida, la reine venue du midi

13/12/2022

Yedida, la reine venue du midi

« Alors, je rendrai pures les lèvres des peuples pour que tous invoquent le nom du Seigneur et, d’un même geste, le servent. D’au-delà des fleuves d’Éthiopie, ceux qui m’adorent, mes enfants dispersés, m’apporteront mon offrande. Ce jour-là, tu n’auras plus à rougir de tes méfaits, de tes crimes contre moi, car alors j’extirperai de toi ceux qui se vantent avec insolence, tu cesseras de te pavaner sur ma montagne sainte. » Déjà l’époque du prophète Sophonie, la venue des très-lointains, de ceux que l’on n’imaginait même pas qu’ils puissent venir jusqu’à Jérusalem, était le signe qu’il « se passait quelque chose » et que Dieu allait faire miséricorde.

 

 Et il en faut de l’espérance car l’enfance de Sophonie a été bercée des récits sur les rois idolâtres de Juda, comme ce Manassé dont on dit même qu’il aurait fait mettre à mort le vieux prophète Isaïe… Ce roi occupa plus de 40 ans le trône de David son ancêtre, multipliant les constructions en tout genre et vidant le trésor royal. Tout allait de mal en pis mais rien ne bougeait, même du côté des Assyriens ! Il est vrai que Manassé n’oubliait pas de leur graisser régulièrement la patte… On en venait à se demander Dieu n’avait pas détourné sa Face loin de Jérusalem ? Vint son fils Amon, un sacripant lui aussi mais ses courtisans ne tardèrent pas à l’envoyer ad patres et on l’enterra près de Manassé. Un jeune roi monta sur le trône de David : « Josias avait huit ans lorsqu’il devint roi, et il régna trente et un ans à Jérusalem. Le nom de sa mère était Yedida, fille d’Adaya, originaire de Bosqath. Il fit ce qui est droit aux yeux du Seigneur, en tout il marcha sur le chemin de David, son ancêtre ; il ne s’en écarta ni à droite ni à gauche » (2 Chr 22, 1-22).


C’est alors que le Souffle divin fit se lever Sophonie et qu’il se mit à prophétiser. Bien trop d’horreurs avaient été perpétrées sous les précédents rois. Il allait se passer quelque chose, la terre de l’Alliance serait passée au tamis mais Dieu saurait ré-offrir hospitalité à son peuple, un « reste de gens humbles et pauvres »  (So 3, 12). Manassé avait été un roi fastueux comme son ancêtre Salomon mais le fils de David lui-même s’était montré infidèle, abandonnant son cœur aux princesses étrangères de son harem. Une seule lui résista, qui vint d’au-delà des fleuves d’Éthiopie « avec des chameaux portant des épices, et beaucoup d’or et de pierres précieuses » (1 R 10, 2) de telle sorte qu’à Jérusalem, « il n’y eut jamais autant d’aromates comme ceux que la reine de Saba donna au roi Salomon » (2 Chr. 9, 9), une reine du Sud pour rappeler au roi la sagesse qui lui fut donnée par Yahvé au début de son règne. Une femme venue de loin, une femme que l’on n’attendait pas, venue pour rouvrir le trône de David aux promesses de l’Éternel, Béni sois son Nom.  

 

Auprès de l’enfant-roi se tient une autre femme, Yedida, dont on ne sait rien si ce n’est qu’elle vient de Bosquath qui était alors la partie la plus méridionale du royaume de Juda. Une autre reine du midi, une autre femme sage et avisée. Le jeune roi fit le choix de revenir vers Yahvé, et avec lui toute la Cour de Jérusalem après environ un demi-siècle de violences et d’apostasies. Seule la reine-mère est nommée auprès du jeune prince par le texte biblique, seule conseillère pour lui indiquer les voix du Seigneur. Dix-huit ans plus tard, Josias initiera une grande réforme religieuse pour rendre le culte de Jérusalem plus conforme aux rouleaux de la Torah que l’on venait de retrouver. C’est encore à une femme, la prophétesse Houlda (2 Chr 34, 22), qu’il demandera conseil et confirmation pour poursuivre la réforme entreprise. L’initiative de Josias donnera corps au premier grand recueil de textes bibliques de notre histoire. Quand les puissants semblent mettre en échec le projet divin, c’est par des femmes silencieuses et volontaires que Dieu reprend l’initiative. Et Yedida s’inscrit à son tour dans la généalogie du Messie attendu « … Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amon, Amon engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone… » (Mt 1, 10-11).

 

P. Pascal-Grégoire